Outils pour utilisateurs

Outils du site


ns:la_cartophile

La cartophilie

Historique

La naissance de la Carte postale ancienne est attribuée à l' Autriche-Hongrie, où elle fut admise par l'administration des Postes en 1869. En France, la circulation de ce type de correspondance dit: “à découvert” est, en fait, liée à l'occupation prussienne en Alsace. L'administration des Postes allemandes étendant sa réglementation aux zones occupées, ce principe de “carte postale” permet alors aux soldats français de joindre ainsi leur famille. Par une loi du 20 décembre 1872, la France décide également d'adopter ce type de correspondance.

Son format

Imprimées par l'administration, ces cartes se présentent sous la forme d'un rectangle de carton blanc ou chamois de format 120 x 78 mm. Le terme de Carte Postale est suivi de l'indication : “Destiné à circuler en France ou en Algérie” A cette époque l'adresse figure au recto, et la correspondance au verso. Selon sa destination, celle-ci devait être timbrée à 10 ou 15 centimes. Par convention internationale, le format de la carte postale s'uniformise en 1878 : son format sera de 9 x 14 cm. Celui-ci restera le format conventionnel, pratiquement jusqu'à la seconde guerre mondiale.

Un procédé simple

A partir de 1890, un procédé simple de reproduction de la photographie, donnera, 10 ans plus tard, un essor considérable à la diffusion des cartes : la phototypie. Celle-ci permettra d'éditer des petites quantités à un coût raisonnable. De nombreuses productions très locales verront le jour ; celles-là même qui, aujourd'hui, font le bonheur des collectionneurs. A la fin du siècle, un peu en retard, par rapport à l'Allemagne ou l'Angleterre, la France produit tout de même environ 8 millions de cartes postales.

Son essor

C'est l'exposition universelle de 1900 qui donnera le coup d'envoi à ce formidable essor. Le public s'enthousiasma pour ce nouveau concept de courrier associé à la photographie. Très rapidement la plupart des communes de France furent photographiées à cette fin. L'idée de collectionner apparût aux usagers de l'époque … A propos de cette époque on parle ” d'âge d'or ” de la carte postale. Après les années 20, différents facteurs, (comme le développement de la photographie individuelle, la presse, les débuts de vulgarisation du téléphone) vont ralentir cet engouement des français pour la carte illustrée. La production standardisée de vues générales, rentabilité oblige, participera au déclin de la qualité d'édition. Parmi celles-ci, citons ces cartes imprimées en marron, par héliogravure, sur carton très mat. Sauf exceptions, leur valeur actuelle est insignifiante. On parle alors de cartes “semi-modernes”. Aujourd'hui les cartes semi-modernes même très tardives, (tirage brillant, bords à découpe frangée) semblent intéresser un public de plus en plus nombreux. La demande concerne cependant des cartes qui représentent un intérêt documentaire précis.

La conservation

Comme n'importe quel objet de collection, la conservation des cartes anciennes demande un minimum de soin.

Ses ennemis

La lumière et surtout l'humidité sont les principaux ennemis de tout document ancien sur papier.

Les dégradations

Certaines dégradations peuvent être facilement réparées. Une simple gomme permet souvent d'ôter des traces de salissures fâcheuses. A effectuer cependant avec parcimonie, le cliché s'estompe quelquefois en même temps que la tache … Les taches de rouille posent plus de problèmes, et si certains produits en viennent à bout, comme une légère solution d'eau de javel sur la tache, l'expérience montre que le remède laisse quelquefois une plus mauvaise impression que le défaut initial.

La dissimulation

Recouper une carte pour dissimuler un coin abimé ou encore coller un timbre pour masquer un trou est un geste qui n'est guère satisfaisant pour personne.

L'oblitération

A ce propos, toujours vérifier que l'oblitération d'un timbre dont l'emplacement vous parait suspect, se continue bien sur le cliché.

Le décollement

Le décollement des couches qui composent le carton est assez aisément réparable avec une colle en “stick” sans solvant, à condition de laisser au moins une nuit la carte sous pression, au milieu de livres lourds.

Le classement

Le classement en albums spécialement dédiés aux “cpa” est bien sûr l'idéal, mais de simples étuis plastique protègeront efficacement les cartes en attente de classement.

ns/la_cartophile.txt · Dernière modification: 2019/09/05 14:55 (modification externe)